unihockey

Une Broyarde découvre la ligue nationale

Alain Schafer 10.10.2019 06:00

Camille Thiébaud n’aurait jamais imaginé avoir la chance de jouer un jour en ligue nationale. Cet été, la Broyarde de 23 ans a été surprise de recevoir un coup de fil du président d’Aergera Giffers, Heino Dietrich, lui proposant de rejoindre son équipe féminine, tout juste reléguée de LNA. Une offre qu’elle n’a pas mis longtemps à accepter. «C’était une chance unique de pouvoir jouer à ce niveau», souffle l’étudiante de Missy, en deuxième année de biologie à l’Université de Fribourg. A côté de ses études, l’unihockey prend désormais une place prépondérante. «Avec deux entraînements par semaine et parfois de longs déplacements en car jusqu’à Appenzell ou Saint-Gall, il est au centre de ma vie en ce moment. Si je pouvais jouer tous les jours, je le ferais», sourit Camille, qui se déplace rarement sans sa canne.

Un saut dans l’inconnu pour l’ancienne joueuse de Semsales (2e ligue) qui n’avait jamais joué sur grand terrain. «C’est totalement différent, beaucoup plus stratégique que sur petit terrain, avec plus de mouvements.» Connue notamment pour ses qualités de battante, Camille a dû s’adapter techniquement et se soumettre à une préparation physique harassante pour se mettre à niveau. «Je l’ai roté au début, mais j’ai vite senti la différence ensuite sur le terrain. C’était assez stressant au début. Pas facile de côtoyer des joueuses qui évoluent depuis longtemps à ce niveau. J’ai douté au début, mais je croche», glisse la jeune femme, toujours en phase d’apprentissage.

Sujet complet à découvrir dans l'édition de la semaine



Journal de Morges
  dernière vidéo
Les pêcheurs impuissants face aux cormorans
Les pêcheurs professionnels sont excédés par la prolifération des cormorans sur le lac de ...