équitation

Sous ses faux airs de touriste, une véritable compétitrice

Alain Schafer 18.04.2019 06:00

«Entraîne-toi dur en silence, laisse le succès faire du bruit.» Cette devise chère aux sportifs vient forcément à l’esprit quand on observe Florence Overney s’entraîner à l’abri des regards dans le cadre paisible et bucolique de la Molière, sur le domaine de la famille Fünfschilling. Ce samedi après-midi, la jeune cavalière consacre plus d’une heure à répéter inlassablement les mêmes pas de dressage. Il s’agit pour elle d’affiner la préparation en vue du concours imminent de Radolfzell en Allemagne, sa première compétition à l’étranger. Pas de quoi la stresser pour autant. «Ma maman le fait à ma place, rigole-t-elle. Moi, j’ai encore de la peine à me mettre sous pression.»

Sous ses faux airs de «touriste» se cache pourtant une véritable compétitrice qui cherche à progresser et à améliorer ses résultats. La tension l’a d’ailleurs rattrapée il y a quelques semaines à Frauenfeld, théâtre du premier concours deux étoiles de sa jeune carrière. «Mon cheval s’est mis à galoper en voyant la belle herbe verte dans le carré et mes nerfs ont lâché. J’étais en pleurs pendant tout le programme», souffle-t-elle. La suite s’est beaucoup mieux déroulée avec un cross bien maîtrisé et une seule perche tombée en saut.

Sujet complet à découvrir dans notre édition de la semaine



Journal de Morges
  dernière vidéo
Les pêcheurs impuissants face aux cormorans
Les pêcheurs professionnels sont excédés par la prolifération des cormorans sur le lac de ...