Taekwondo

Le rêve olympique au bout du pied

Alain Schafer 25.01.2018 06:01

Si la notoriété d’un athlète se mesurait au nombre de titres nationaux remportés, nul doute qu’Ilias El Maliki tiendrait une place de choix dans le cœur du grand public. Le Vaudois du club Taekwondo Moudon a déjà remporté sept titres de champion suisse, six chez les juniors et un conquis en 2017 en catégorie seniors. Seul problème pour cet espoir, ses succès ont été obtenus dans un sport peu médiatisé en Suisse, la faute à un nombre restreint de licenciés. Cette situation n’enlève rien au mérite du jeune homme qui travaille d’arrache-pied pour revenir en forme.

Ne pas brûler les étapes
Après une période faste, Ilias El Maliki passe en effet par une zone de turbulences, après s’être luxé une épaule il y a trois mois. «Ça va déjà beaucoup mieux, mais j’ai dû arrêter complètement ma préparation cet hiver», confie-t-il. Le combattant de 18 ans ne veut surtout pas brûler les étapes, ce qui lui a déjà joué des tours par le passé, quitte à retarder son début de saison. «J’ai subi plusieurs fois des foulures à la cheville qui m’ont arrêté plusieurs mois. Cette fois, je dois prendre le temps de me soigner si je veux éviter l’intervention chirurgicale.»
Les épaules ou les chevilles, les parties anatomiques les plus exposées chez les pratiquants de ce sport d’origine sud-coréenne, très spectaculaire mais peu reconnu en Suisse. «Difficile d’exister et de concurrencer les meilleures nations que sont la Corée du Sud, la Russie ou le Kazakstan où certains athlètes sont déjà pros à 16 ans», souffle Ilias qui s’entraîne tout de même 10 à 15 heures par semaine, le plus souvent à Vevey. Sous l’œil attentif de son entraîneur Abdenbi Amhand, qui le suit depuis six ans et aux côtés du Veveysan Mehdi Amhand, 25 ans et onze fois champion suisse. «Il était comme mon grand frère quand j’étais plus jeune. Désormais nous sommes de vrais potes. J’ai beaucoup appris en le côtoyant.» Au programme des taekwondistes, beaucoup de sparring, mais aussi des exercices de technique, de souplesse et de rapidité, des qualités indispensables pour briller dans cet art martial.

Journal de Morges
  dernière vidéo
Vieille ville d'Estavayer le Lac